Tag Archives: appellation des habitants

Avez-vous vu ma binette ?…

13 Août

Je constate un peu de relâchement dans le n° 110 de la revue « Nous-Vous-Ille » : 12 occurrences seulement du sobriquet départemental contre 16 dans le n° 109.

En revanche, je note 19 apparitions du Président nouveau, contre 7 seulement dans le numéro précédent : je vais surveiller la tendance…   😉

JLChenut

Une application bien de chez nous

9 Août

geocaching

Pour être précis, cette « application bretillienne » a été conçue par un « artiste » qui se présente sous l’appellation Giboo, en qualité d’infographiste et webdesigner pour l’agence digitale LWM (création et entretien de sites web pour des tiers) dont le siège social est à Paris… avant qu’il soit jugé nécessaire de recourir à la société Proximit (d’Aixe sur Vienne – Haute Vienne) pour (je cite) : graphisme, refonte technique, ajouts de fonctionnalités… et hébergement.

Moi je dis ça…

C’est juste pour rigoler… 😉

Additif du 11 août : je vous invite à lire le commentaire de J-B Gerbaud ci-dessous.

De l’art du gavage en Nouvelle Brétillie

9 Août

Voici ce que l’auteur du rapport au Conseil général d’Ille-et-Vilaine intitulé :

« 7 partis pris stratégiques pour imposer le gentilé Bretillien »

déclarait cyniquement au quotidien 20minutes le 21 juin 2013 :

« Les gens vont peut-être être surpris au début. Il va falloir s’y faire ».

Et voici des exemples tirés de la vaste opération de gavage linguistique en cours :

NVI

cliquez sur l’image pour l’agrandir

ecrivez

cliquez sur l’image pour l’agrandir 

info35

cliquez sur l’image pour l’agrandir

Je me souviens que, pour essayer de calmer la contestation, le Président du Conseil général d’Ille-et-Vilaine, Jean-Louis Tourenne, m’avait écrit solennellement le 19 juillet 2013 : « il n’y aura pas non plus de « dispositions » destinées à « inculquer » ce gentilé dans la tête de nos concitoyens ». La preuve…

Mieux vaut faire gaffe à son matricule

24 Juil

Après que les résistants, les déportés, les poilus… et bien d’autres encore, se soient vus affublés post-mortem de la marque industrielle et commerciale déposée par le Conseil général d’Ille-et-Vilaine auprès de l’INPI le 20 juin 2013 en complément de sa délibération du même jour entachée de multiples irrégularités concernant l’appellation des habitants du département, voici maintenant venu le tour des conscrits entre 1859 et 1921 (merci +++ aux Archives départementales) :

BdslaGGcliquer sur l’image pour l’agrandir

Je ne me lasse pas de ces propos de Jean de Legge : « L’injonction identitaire est une injonction linguistique, affective et mystique… La dimension mystique consiste à défier le temps, c’est-à-dire à faire croire que l’esprit du territoire traverse l’histoire. » (source : Les propagandes nécessaires – éditions du Cherche Midi)

Pour aller plus loin :

Extrait du site du Conseil Général

20 Juil

« A l’occasion des vœux à la presse, le mardi 15 janvier (ndlr : 2013), Jean-Louis Tourenne, président du Conseil général, a présenté la démarche qui donnera un nom aux habitants d’Ille-et-Vilaine …/…

Une première liste de noms fédérateurs

Dans un premier temps, « un groupe d’experts en culture, en histoire et en politique va être nommé ». Ce comité d’experts sera présidé par une personnalité extérieure reconnue. Les membres de ce groupe auront pour mission de faire des propositions fédératrices, qui devront plaire au plus grand nombre. Une première liste de noms sera ainsi définie, puis présentée aux élus du Département. Ces derniers, réunis en commission, affineront la sélection pour ne garder que 2 ou 3 noms.

Une consultation de tous les habitants d’Ille-et-Vilaine

Une fois validés par le Président, ces derniers noms seront proposés aux habitants d’Ille-et-Vilaine, via les supports de communication habituels : le magazine Nous Vous Ille, le site Internet,… Les médias locaux souhaitant s’associer à cette consultation pourront également relayer l’information. L’objectif : soumettre au vote des habitants les 2 ou 3 noms restants. Le nom qui ressortira de ce vote sera soumis à l’Assemblée départementale en fin d’année, lors d’une session où le choix final sera fait. »

Cette page a été supprimée du site du Conseil Général le 20 juin 2013, jour de la délibération de l’assemblée départementale qui parait se satisfaire à elle-même

Des produits qui font flop

8 Juil

Dans le 3ème et dernier « livrable » du marché passé en catimini par le Conseil général le 18 avril 2013 pour « la création et le lancement d’un gentilé pour l’Ille-et-Vilaine », qui est intitulé « 7 partis pris stratégiques pour imposer le gentilé Bretillien », le publicitaire Jacques Delanoë a écrit que « la réussite est en route », en particulier parce que : « les industriels s’y intéressent (ligne de vêtements) ».

Voyons voir d’un peu plus près ce qu’il en est plus de deux ans plus tard.

La vérité est que n’importe qui, comme vous et moi, peut créer du jour au lendemain sa petite « e-boutique » pour diffuser des produits personnalisés à sa demande sur une plate-forme équipée pour « taguer » un peu n’importe quoi.

Dans le cas d’espèce, un « pro » résidant désormais sur les bord de la Rance, qui se présente comme « CEO Marketing and advertising – Webmarketing & Medias », ex président d’une société qui avait pour vocation de « se substituer aux marques pour vendre les produits en leur nom » , a mis sur le marché dès le 23 juin 2013 (soit 3 jours après la délibération de l’assemblée délibérante) le visuel accentué « BRÉTILLIEN », en marge de la marque semi-figurative déposée par le Conseil général auprès de l’INPI sans accent, et s’est tout simplement déclaré distributeur de tee-shirts, de polos, de débardeurs, de sweet-shirts, etc… susceptibles d’être imprimés à la demande par la société allemande Spreadshirt domiciliée à Liepzig.

De source sûre (le distributeur lui-même), je peux affirmer qu’il n’a été vendu aucun exemplaire d’aucun de ces superbes produits citoyens : zut, alors… zut !…

Même pas un tablier de cuisine, ou un bonnet rouge « 100 %  Brétillien » :

100_B

On mesure bien là tout l’engouement de la population.

Il ne reste plus qu’à en distribuer gratuitement sur le passage du Tour de France.

De l’application du principe de précaution en I&V

2 Juil

On se souvient que par délibération du 20 juin 2013, le Conseil général a – d’autorité, par surprise et on ne peut plus irrégulièrement – voulu doter les habitants du département d’Ille-et-Vilaine d’une appellation que l’on dirait sortie de nulle part… si elle n’avait été savamment concoctée par un publicitaire illégalement appointé en catimini.

Le département avait très officiellement précisé que l’appellation « Bretillien » (déposée à grand frais auprès de l’Institut National de la Propriété Industrielle) était chargée de sens puisqu’elle s’écrivait avec 2 « l »  (comme c’est le cas de l’Ille) et bien entendu sans accent (comme la Bretagne et les Bretons), même s’il fallait la prononcer à la mode, à la mode… des Brétons vivant en Brétagne.

On y croit, on y croit !…

Deux ans plus tard, on ne peut pas dire que les habitants du département – et encore moins ceux du reste du monde – aient à leur tour adopté ce néologisme totalement inattendu qu’ils ne sont d’ailleurs pas si nombreux à connaître et qu’ils sont rarissimes à apprécier.

D’autant que co-existent aujourd’hui 4 graphies concurrentes : Bretillien, Brétillien, Bretilien, et Brétilien… en majorité vides de sens.

Je ne reviens pas sur la gabegie de réservations de noms de domaines qui avait accompagné cette opération, mais je constate que pour compléter sa collection le département vient de réserver les noms de domaine accentués suivants :

  • le 26 mai 2015 : brétillien.fr, brétilien.fr, brétilliens.fr, brétiliens.fr
  • le 17 juin 2015 : brétillienne.fr, brétilienne.fr, brétilliennes.fr, brétiliennes.fr

Je ne sais pas comment cela va tourner, mais je me demande s’il ne serait pas prudent qu’il réserve aussi la série des Brèt, celle des Brêt, et aussi celle des Brët.

Tant qu’on a encore un peu d’argent…        😉

Pour aller plus loin :

A propos des noms de domaine
Et brétilie.bzh alors ?…
Une course à l’échalotte

Des vétérans sous AOC départementale

9 Juin

Pour ceux qui n’auraient pas bien compris : je répète pour la 5ème fois qu’il s’agit là de représentants des vétérans du département d’Ille-et-Vilaine :

veterans

Faut que ça rentre !…   😉

Deuxième saisine de la CADA

27 Mar

En séance du 20 juin 2013, le Président du Conseil général d’Ille-et-Vilaine, Jean-Louis Tourenne, a repoussé 3 fois une demande de vote à bulletin secret portant sur l’appellation des habitants du département (Bretillien vs Haut-Breton) :

  • une première fois, en avançant abusivement qu’il était de sa seule compétence de juger de son utilité
  • une seconde fois, en prétendant – contrairement à la vérité – que cette demande de vote à bulletin secret aurait dû être signée
  • une troisième fois, en attestant de l’existence d’une demande concurrente de vote à scrutin public qui, en vertu du règlement intérieur de l’assemblée, fait effectivement obstacle a la réalisation d’un vote à bulletin secret, si et seulement si elle émane d’un sixième au moins de ses membres

Par courrier en date du 25 février 2015, j’ai sollicité communication de cette demande de vote à scrutin public, qui doit  nécessairement être faite par écrit et que Jean-Louis Tourenne a formellement déclaré détenir… mais, curieusement, sans  faire état des précisions nécessaires portant sur le nombre des demandeurs et, plus curieusement encore, sans y donner la suite qu’il était tenu d’y donner s’il en disposait vraiment.

Ma correspondance reste malheureusement sans réponse à ce jour 27 mars 2015.

Or, je ne peux pas me résoudre à l’idée que Jean-Louis Tourenne ait osé trois fois mentir avant d’imposer à l’assemblée un vote à main levée, car ce serait – moralement, politiquement et juridiquement – d’une exceptionnelle gravité.

C’est pourquoi, par courrier dont vous trouverez ci-dessous copie, je sollicite l’avis de la CADA sur le silence du Président du Conseil général, qui vaut – au bout d’un mois – refus implicite de communication d’un document administratif.

saisine_CADA_28-03-2015

L’euro de trop

17 Mar

Voici une nouvelle preuve flagrante que le marché de 15.000 € HT passé par le département d’Ille-et-Vilaine avec le publicitaire Jacques Delanoë relevait bien de la catégorie des marchés d’un montant supérieur ou égal à 15.000 € HT, et qu’il ne pouvait donc pas être dispensé de publicité et de mise en concurrence.

C’est le département qui l’apporte lui-même en publiant son attribution :

marchés de 15 000 à 90 000 HT

Je dis que c’est un euro de trop, parce qu’il démontre de manière éclatante que l’on a voulu rétribuer le plus cher possible un publicitaire de pure convenance.

Mais chacun sait qu’en Brétilie, on n’est pas forcément à un galléco près. 😉