Archive | Information RSS feed for this section

Bretilliose et Ligériose : même combat

5 Août

J’avoue que ça ne m’a pas déplu de lire ça sur twitter :

Patrick_Mahe

Patrick Mahé est journaliste, écrivain, éditeur, membre de l’Institut culturel de Bretagne, et président du salon du livre de Vannes.

Pour aller plus loin : Bretilliose et Ligériose, même combat !… (clic)

La V.O. de l’imposture bretillienne

31 Juil

Voici une version complète et actualisée de l’imposture bretillienne (clic).

Censure Ouest-France multimedia : suite

28 Juil

En l’absence de suite à mes interrogations, j’ai informé la rédaction multimedia du quotidien Ouest-France que son refus de publier ce 21 juillet 2015 mon commentaire concernant la prise en charge des frais de « formation » d’un élu s’était soldé par la consultation du même commentaire sur ce blog plus de 500 fois en quelques heures.

En réponse, je viens de recevoir ce jour – cette fois ci, dans l’heure – un message du rédacteur en chef, qu’il ne m’est malheureusement pas permis de publier in extenso.

Je ne publie donc ci-dessous que ma réponse…

Bonjour Monsieur

Je vous remercie d’avoir enfin pris soin de considérer ma requête.

Vous m’indiquez ce 28 juillet (je vous cite) que vous n’avez pu me répondre plus tôt car vous n’aviez pas le contenu de mon commentaire. J’en suis fort surpris puisque je l’ai transmis à votre service une première fois le 22 juillet à l’appui de mon premier courriel et une seconde fois le 23 juillet à l’occasion d’un rappel.

Je vous avoue que je peine à croire que si la rédaction multimedia ne l’a pas publié ce 21 juillet 2015, c’est qu’elle n’était pas en mesure de vérifier les informations que j’ai délivrées.

Je veux bien que l’on ré-écrive l’histoire, mais ce n’est pas du tout l’argument qui m’a été opposé… puisque mon commentaire a été mystérieusement refusé pour cause de non respect de la charte de modération, qui est accessible sur le site sous l’intitulé de charte utilisateur du service.

Je comprends plutôt, et au mieux, que la rédaction n’a jamais eu l’intention de se donner le mal de vérifier les choses, alors que cela était pourtant si facile que j’ai moi-même pu le faire sans disposer de votre statut, ni de vos moyens d’investigation.

Je partage avec vous l’idée que « permettre aux internautes de commenter l’actualité ne signifie nullement que tout et n’importe quoi puisse y être publié comme sur un panneau d’affichage. » Au risque de vous plagier, je prétends également que lorsqu’un internaute affirme des choses dans un commentaire, il est effectivement de votre devoir de vérifier l’information en particulier lorsqu’elle peut porter atteinte à la réputation des personnes visées. Il y va en effet de votre responsabilité, y compris sur le plan pénal et de votre crédibilité.

J’ajoute que cela n’exonère en rien les commentateurs de leur propre responsabilité et que je suis pour ma part très vigilant sur l’exactitude de mes affirmations.

Je pourrais comprendre que lorsque vous n’êtes pas en mesure de vérifier l’information, vous refusiez la publication du commentaire, « le temps, pour la rédaction, de faire son travail de contrôle ». Mais dans le cas d’espèce, l’argument me paraît particulièrement léger – et même particulièrement décalé – quand il est avancé au bout d’une semaine de parfaite inaction.

Si toutefois la règle, « en principe » (je vous cite), est bien d’informer l’internaute que son commentaire ne peut pas être publié en l’état ou de lui expliquer que vous allez procéder aux vérifications nécessaires, je ne peux que regretter avec vous que cela n’ait pas été du tout le cas, mais alors pas du tout…

Je ne crois pas que parler de « censure » dans le cas d’espèce soit « proprement exagéré » quand je constate le sort qui a été réservé aux quelques contributions que j’ai précédemment eu l’inconvenance de déposer. Je pense plutôt que ces contributions méticuleusement documentées sont susceptibles de déranger tout autant un certain nombre de pouvoirs, le quatrième compris. Et je ne pense pas que ce soit « manquer singulièrement de recul ou de connaissance du métier de journaliste » que d’attendre des professionnels une complète information, une objectivité maximale et une réelle réactivité.

Je vous excuse bien volontiers de « ne pas avoir, hélas, que mon interrogation à traiter » … puisque vous me le demandez, mais je crois savoir ce que sont en milieu professionnel les exigences des postes à responsabilité. Permettez-moi de dire qu’il ne me paraît pas toujours très élégant, et encore moins très justifié, de condescendre à exercer ses fonctions.

Je me permets d’être précis : il n’est pas question de vous traiter de « censeur » chaque fois que vous refusez de publier un commentaire, il est ici juste question de respecter la vérité.

A ce sujet, accepteriez-vous de m’indiquer d’une part si la modération est effectuée ou non par des journalistes et d’autre part si elle est effectuée par des professionnels du groupe Ouest-France ou bien par des salariés d’une société de service ?

En toutes hypothèses, je vous remercie d’avoir transmis ce jour mon courriel avec le lien du commentaire aux responsables de la rédaction de Rennes pour qu’ils puissent traiter l’information et, le cas, échéant, prendre contact avec moi.

Il n’est jamais trop tard pour bien faire.

Je vous avoue que je suis dubitatif sur l’effet de ce renvoi d’une rédaction vers une autre, mais ce sera l’occasion de vérifier si, après contrôle de l’information, le commentaire incriminé finira ou non par être publié… comme vous me le dites, même si c’est très largement après l’extinction des cierges.

Donnons-nous rendez-vous un peu plus tard.

Tout aussi cordialement

Patrick Jéhannin

Pour aller plus loin :

Ouest-France : un nouvel exemple criant de censure

Un excédent de plus de 50 millions

28 Juil

A l’échelon du département, les collectivités territoriales ont pris l’habitude de nous apitoyer sur l’augmentation des dépenses de solidarité en même temps que sur la baisse des dotations de l’Etat : un terrible effet de ciseau…

Il n’empêche qu’en Brétilie, l’excédent de fonctionnement de l’année 2014 qui vient d’être publié dépasse encore les 50 millions d’euros, ce qui représente de l’ordre de 50 euros par habitant, ou encore de l’ordre de 100 euros par foyer fiscal… et que cet excédent de fonctionnement est à plus de 90 % affecté à des opérations d’investissement (contre 75 % en 2013, 52 % en 2012, 90 % en 2011).

J’y vois matière à réflexion…

resultat_excedentaire

Mise en garde des personnes vulnérables

27 Juil

Depuis environ deux ans, au motif d’effectuer une bonne action, une association diligentée par le Conseil général d’Ille-et-Vilaine engage les habitants du département à convertir leurs euros en coupons de même valeur faciale qui sont appelés des gallécos.

Les particuliers qui en détiennent ou voudraient s’en doter doivent savoir que si les euros sont convertibles en gallécos, les gallécos ne sont pas convertibles en euros. D’autre part, il ne peut pas y avoir de rendu de monnaie en euros… ce qui fait que, pour un particulier, le change est complètement irréversible.

Par ailleurs, méfiez vous des imitations. Sachez par exemple que ce coupon, que vous pouvez trouver sur internet, n’a jamais été mis en circulation :

demi_galleco

Il faut souligner que le galléco n’a pas de subdivision, comme en a par exemple l’euro : un produit valant 1 euro et 15 centimes ne peut être payé en gallécos qu’avec 2 gallécos, sans rendu de monnaie possible. La solution consiste à régler d’une part 1 galléco et d’autre part 15 centimes d’euro si le commerçant est d’accord pour tenir ainsi sa comptabilité, au regard notamment de la TVA.

Un peu comme si l’euro jouait le rôle de monnaie complémentaire et solidaire…

Une rumeur, relayée par la presse et non démentie, voudrait qu’il soit possible de régler certains services publics avec des gallécos : c’est totalement faux, et en l’état du galléco cela ne risque pas de se produire.

Il y a (déjà) deux modèles de gallécos : exigez des gallécos nouveaux. Il est incontestable que les anciens gallécos n’ont pas d’avenir. Il se trouve que beaucoup pensent que les gallécos nouveaux n’en ont pas non plus, mais au moins les gallécos nouveaux sont ils réputés plus fins et plus résistants.

Il faut savoir enfin que les promoteurs de ce type de coupons plaident très souvent pour qu’ils soient « fondants », c’est-à-dire qu’ils perdent de la valeur quand on ne les utilise pas afin d’accélérer la consommation. Ce n’est pas le cas du galléco à ce jour, mais – vu sa vitesse de circulation qui reste extrêmement faible – il suffirait que l’association, qui en a le pouvoir, en décide autrement pour que cela le devienne à l’avenir.

Pour aller plus loin :

Quid de l’évaluation du galléco ?… – 3 janvier 2015
La fabuleuse histoire du galléco – 11 mars 2015
Le galléco : une monnaie sous-évaluée ? – 14 mars 2015
Le galléco à l’épreuve de la vérité – 14 mars 2015
Le modèle du Galléco n’est pas pérenne – 12 juin 2015
Le galléco : que d’intox !… – 8 juillet 2015

Mieux vaut faire gaffe à son matricule

24 Juil

Après que les résistants, les déportés, les poilus… et bien d’autres encore, se soient vus affublés post-mortem de la marque industrielle et commerciale déposée par le Conseil général d’Ille-et-Vilaine auprès de l’INPI le 20 juin 2013 en complément de sa délibération du même jour entachée de multiples irrégularités concernant l’appellation des habitants du département, voici maintenant venu le tour des conscrits entre 1859 et 1921 (merci +++ aux Archives départementales) :

BdslaGGcliquer sur l’image pour l’agrandir

Je ne me lasse pas de ces propos de Jean de Legge : « L’injonction identitaire est une injonction linguistique, affective et mystique… La dimension mystique consiste à défier le temps, c’est-à-dire à faire croire que l’esprit du territoire traverse l’histoire. » (source : Les propagandes nécessaires – éditions du Cherche Midi)

Pour aller plus loin :

On en apprend tous les jours en I&V

23 Juil

Ces derniers jours, je viens donc d’apprendre que :

– la commission permanente du Conseil départemental s’est réunie en catimini

Je rappelle que les dates de réunion de la commission permanente ne sont pas diffusées, ni bien sûr les ordres du jour, que ces réunions ne sont pas publiques et qu’il n’y a pas de compte-rendu des débats, alors même que depuis avril 2015 la commission permanente est devenue un véritable « shadow » Conseil départemental puisqu’elle en a désormais exactement la même composition et qu’elle a conservé par délégation les mêmes attributions (à l’exception des rares points que la loi interdit et de ce qui est expressément délégué au Président).

La question de la justification des frais de déplacement engagés par le vice-président en charge de l’éducation et de la jeunesse, pour des séminaires de développement personnel organisés notamment à Bruxelles et à Rabat par un organisme non agréé pour la formation des élus, a été en séance retirée de l’ordre du jour : le recueil des actes administratifs à venir ne fera par conséquent état d’aucune décision.

Le président du groupe de la majorité ayant indiqué qu’avant même d’être justifiés ces frais ont été pris en charge par la collectivité, la question de leur remboursement reste posée… mais saurons-nous quelle suite y sera réservée ?…

Je repense à ce que – la main sur le cœur – le précédent Président du Conseil général d’Ille-et-Vilaine, Jean-Louis Tourenne, prétendait en plein débat sur la réforme territoriale :

« Peu importent les cartes, pourvu qu’il y ait la richesse démocratique ! ».

– il existe au niveau national une sorte de « Star Ac’ » des élus de tous bords…

… à l’exception toutefois de l’extrême droite qui n’y est pas bienvenue.

Il n’est pas inutile de savoir que son organisateur, l’Institut Aspen France que l’on voudrait nous présenter comme le promoteur d’« un héritage de la conversation à la française, comme dans les salons du XVIIIème siècle », est en réalité la branche locale d’un « Think tank » américain, présidée par un banquier d’affaires qui s’est donné mission de former (tous frais payés, à l’exception des déplacements) ceux qu’elle considère les « leaders d’avenir » du monde politique francophone.

De mon point de vue de Bidochon d’Ille-et-Vilaine, c’est le monde à l’envers.