Un peu de respect pour le passé

2 Mar

Félicitations à Eric Chopin pour avoir parfaitement contextualisé l’article qu’il signe aujourd’hui dans le supplément de Ouest-France consacré au « Centenaire de la grande guerre en Bretagne », intitulé :

« Des hôpitaux étaient répartis sur tout le territoire… »

Cet article, qui traite en effet de la question de manière très intéressante, prend grand soin de la situer dans la Bretagne administrative de l’époque constituée de 5 départements, dont la Loire Inférieure (cliquer pour agrandir) :

hopitaux_centenaire

Je n’oublie pas qu’Eric Chopin vient de publier à compte d’auteur un ouvrage consacré à son grand-oncle, intitulé « Le messager du front » (pub) que le quotidien Ouest-France a présenté le 14 janvier comme « l’histoire d’un poilu bretillien ».

poilu_bretillien

Ce qui lui avait fait dire que son aïeul Julien Chopin avait dû « se retourner dans sa tombe », que lui-même n’avait « jamais utilisé ce terme » qui « par ailleurs… n’a ni queue ni tête » et qu’il avait « toujours pensé que cette histoire de brétilien ne tenait pas debout ».

Une position d’autant plus intéressante qu’Eric Chopin a depuis quelques années des responsabilités dans la « mission presse école » du quotidien régional.

A noter qu’Eric Chopin n’est pas le seul collaborateur de Ouest-France à se retrouver en somme “instrumentalisé” dans cette phase de “popularisation” à marche forcée du nom qui a été d’autorité retenu pour désigner les habitants du département.

Voici par exemple ce qu’un correspondant local du journal écrivait de son coté il y a quelques semaines :

« J’accueille très bien ta remarque au sujet de brétillien, terme que je ne supporte pas moi-même ! Je l’ai utilisé pour des questions pratiques car nous sommes très limités en taille d’article et « d’Ille-et-Vilaine » était un poil trop long (quelques lettres te font parfois sauter une ligne qui devient alors excédentaire et c’était le cas), je ne voulais pas « tailler » dans le fond de l’article et je ne pouvais pas répéter « département » donc … Je suis le premier à être choqué quand je vois cet adjectif dans lequel, natif de Rennes et résident xxxxxxx, je ne me reconnais d’aucune façon. Quand je pense que le Conseil Général a allongé 30 000 € à une boîte de comm pour nous pondre « ça »,  je suis vert ! »

Si vous avez manqué l’épisode précédent, c’est ici : pour la petite histoire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :